S’il y a bien une grande étape dans la vie de nos bébés ( et aussi des parents ) , c’est l’apprentissage de la propreté.

Pour eux, c’est un passage qui les mène vers la petite enfance. Pour nous les mamans ( et les papas ) c’est un grand pas, notre bébé qui devient un(e) grand(e) , qui est chargé d’émotions, entre fierté et nostalgie.

Et souvent, nous nous posons mille et une questions sur cette étape  : Quand commencer ? Comment savoir s’il ( elle ) est prêt(e) ? Comment l’initier à la propreté ? Quelle couche d’apprentissage utiliser ? Pourquoi n’est-il pas propre alors que son cousin du même âge l’est depuis plusieurs mois?

Toutes ces questions, je me les suis posée aussi.  je vous avoue même qu’elle m’ont parfois angoissées. Et en tant que multipare, je me suis rendue compte qu’en matière de propreté, un enfant n’est pas l’autre !  C’est pour cela qu’aujourd’hui j’avais envie de vous parler de mes monstres et de leurs parcours oh combien différent sur la route de la propreté .

Monmonstre, le tardif 

Pour Monmonstre, mon ainé, j’avais mis au point une stratégie d’enfer afin qu’il soit propre avant d’aller à l’école ( 2 ans et demi chez nous ) : achat d’un petit pot dés ses 22 mois, que nous lui proposions très régulièrement. Le matin au levé, avant et après la sieste, régulièrement dans la journée et avant le coucher tout en lui laissant sa couche. Mais ça ne l’a pas ( du tout ) intéressé. mais alors là pas du tout .

Nous avons donc opté pour une autre stratégie : nous lui avons retiré son lange, et mettions le pot sur son passage. Dés qu’il commençait à faire pipi, nous le mettions sur le pot afin de lui créer une sorte d’automatisme ( pipi = pot ) et nous lui avons acheté le livre ” Thomas va sur le pot ” pour le motiver .

9789037482546

au bout de semaines d’essais infructueux,  nous constations qu’il ne voulait absolument pas aller sur le pot. Pire, dés qu’il le voyait, il criait ” non, non, pas pot ” .

Il avait 3 ans et n’était toujours pas propre, et vu qu’il était entré à l’école, nous avons commencé à nous inquiéter. Il allait bientôt rentrer à l’école et il n’était TOUJOURS PAS propre.  Angoisse et questions : Pourquoi refuse -t-il le pot ? Que fait-on de mal ? Et comme entre temps monstrinette a pointé le bout de son nez, nous avons décidé de demander l’avis de notre sage -femme, spécialisée dans la relation parents-enfants afin de nous aider sur le chemin de la propreté que nous avions du mal à faire démarrer.

Elle nous a surtout rassuré, en nous disant que chaque enfant devient propre un jour, et qu’il faut juste qu’il ai le déclic. l’autre chose importante qu’elle nous a dit est que pour un enfant, la propreté n’a pas vraiment d’importance, et que ce qui le pousse à devenir propre est qu’il fait un cadeau à ses parents et qu’il fallait mettre cela en avant. l’arrivée de monstrinette l’ayant destabilisé, il n’était pas près à me faire de cadeaux.

Bref, nous avons travaillé surtout sur notre relation plutôt qu’à la propreté en tant que telle, délaissant le petit pot. Quelques semaines ( 2 mois et demi environ ) , Monmonstre nous a fait le plaisir de faire son 1er pipi sur le pot …. et fut propre de jour en 1 semaine à peine

Monstrinette, la précoce

Avec monstrinette, tout à été très différent . D’abord parce que chez elle, l’intérêt pour le pot n’a pas été induit pas nous, mais par elle . Peut-être ( surement ) était-ce parce qu’elle voyait son frère et qu’elle avait envie de faire comme lui. Elle passait son temps à l’observer et nous observer ( hyper sympa hein :p ) et à dire ” maman pipi pot ? ” , ” Monmonstre pipi pot ? ” toute étonnée et interrogative sur ce que nous faisions, à 20 mois à peine .

Elle s’intéressait clairement à cette pratique. Et je vous avons que nous avions été assez étonné de sa précocité à ce sujet, car après l’expérience que nous avions eu de la propreté avec Monmonstre, nous nous attendions à ramer un peu.

Bref, nous avons profiter de l’occasion pour commencer tout doucement . Nous en avons profité pour tester avec elle les culottes d’apprentissages Huggies pull – up .

Huggies_PullUps

Et je dois dire que ces couches nous ont bien aidé dans l’apprentissage de la propreté avec Monstrinette. Tout d’abord parce qu’elles sont fines et qu’elle se rapproche donc plus de la culotte que du lange, ce qui l’a bien aidé à faire la différence entre ses anciens ” langes ” et ceux -ci . Ensuite parce qu’elles sont super jolies ( princesse et minnie, les idoles de monstrinette 😀 )

$T2eC16RHJHIE9nyseHDCBQ3h0NV+WQ~~60_35

Et aussi et surtout parce que clairement ellesvont super bien : elles absorbent bien ( même une nuit complète ) , elleste détachent facilement sur le côté ( pas besoin de tirer dessus comme une folle pour qu’elles se détachent, il y a des ” coutures ” prévues pour nous faciliter la tâche )

Monstrinette a tout de suite intégré le principe de la culotte d’apprentissage. Par contre, Contrairement à Monmonstre qui fut propre en quelques jours, Monstrinette a eu beaucoup d’accidents, il lui a fallu plus de temps pour être tout à fait propre. Et nous lui avons laissé prendre tout son temps.

Et aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, Monstrinette à 2 ans et 2 mois et est tout à fait propre de jour. Elle garde une couche pour la nuit, et vu le poids de cette couche au lever, elle est plus que nécessaire.

En ce qui concerne Monmonstre, il a aussi toujours besoin de couches pour la nuit. Il souffre d’énurésie nocturne  ( enfin souffre n’est pas le mot, vu qu’il n’ a pas mal, mais cela reste une ” maladie ” ) . L’énurésie nocturne est une affection caractérisée par la survenue pendant le sommeil d’inconscientes chez l’enfant de plus de 4 ans et demi ou l’adulte.L’énurésie est due à un sommeil trop profond, à un manque de maturité du réflexe de miction . Dans de rares cas, l’énurésie nocturne est le signe d’une malformation de l’appareil urinaire.

Pour l’instant, on ne sait pas si c’est une malformation ( on en saura plus en Novembre ) , on sait juste que c’est génétique et héréditaire . Il est donc probable que Monstrinette en souffre aussi. ou pas .

Par ce lonnnnng témoignage sur le parcours vers la propreté de mes enfants, vous pouvez donc voir qu’il n’y a pas une façon pour un enfant de devenir propre, et que c’est à lui et à vous d’inventer votre propre chemin. Le plus important est de ne pas brusquer son enfant, le laisser prendre le temps et être attentif aux signaux. Certains seront propres à 2 ans, d’autres à 3 ans voir plus .

Comme pour tout, vos encouragements et vos sourires de parents seront la cléf d’un apprentissage réussi 🙂

Tatiana