La veille, je m’étais rendue en obstétrique, pour un contrôle .

” Le col se ramollit un peu mais reste long, je sens 2 petits cm d’ouverture, mais à 37 semaines , pour un 3eme grossesse c’est normal. à mon avis, il ne se passera rien avant 1 bonne semaine ” Voila ce que mon gyné m’avait dit. Et mon super gyné, il en a sous le capot .

Je commençais à avoir vraiment du mal dans la peau et les os à porter ce bébé de plus en plus lourd, mais en même temps, je me suis dit que profiter encore 1 bonne semaine à sentir ce dernier bébé bouger en moi et ne faire qu’un avec elle était un vrai bonheur, une chance. Et aussi , ça me donnait le temps de fignoler 2-3 trucs mis de côtés avant l’arrivée du divin bébé.

De la nuit, 2-3 contractions, comme depuis quelques jours …. rien d’anormal, c’est quand même presque la fin, il y a des choses qui se préparent à l’intérieur.

Ce jour-là, je me suis levée un peu plus essoufflée que la veille, mais sans plus. et puis de la journée sont apparues quelques ” pertes colorées ” . Serait-ce du liquide amniotique ? comme je n’ai jamais perdu les eaux, je me suis un peu demandé si ma poche n’était pas fissurée.

Un petit appel à la maternité . ” Venez toujours faire un test pour s’en assurer, mais c’est certainement des pertes de fin de grossesse” .

Ce jour-là, je téléphone à papa débordé, je vais faire un tour à la maternité, mais juste pour s’assurer que tout est ok . on est jamais trop prudent. Il s’occupera des courses que j’ai commandé, on reçoit des amis au soir. j’arriverai avant 19h .

Un petit test sur le liquide, ce n’est pas du liquide amniotique. Un petit monito pour la route me propose la sage femme. Allez, c’est tellement gai d’entendre le coeur de bébé. J’adore ça, c’est apaisant, rassurant et tellement doux à entendre. Un petit instant à nous.

Et là, on perçoit quelques petites contractions, irrégulières. je les sens à peine . Mais la sage femme trouve mon ventre tonique. elle me propose d’aller manger, et de revenir 45 min plus tard pour refaire un 2eme monito.

re-coup de fil à papa débordé. ” j’aurai un peu de retard ” .  je mange, je sens quelques contractions, irrégulières.Retour au monito. en effet, il y a des contractions, mais sans plus . il est 19h00.

Ce jour là , la sage-femme me demande si je veux rester en observation ” pour être sûre que ce n’est pas un faux travail” . mais le lendemain, il y a fancy-fair à l’école des Monstres. Je vais rentrer. il est 19h30 .

Et là, d’un coup d’un seul, à la sortie de la maternité, une douleur forte, intense, me parcourt le dos , les reins le ventre. une douleur qui ne s’arrête pas .que du contraire, elle s’intensifie . Pas de pauses ni répis. En maternité, on m’ausculte. Col mince, 4 cm. ” Appelez votre mari, c’est pour cette nuit” .

Ce jour-là, j’appelle pour la 3eme fois papa débordé : ” changement de programme, on va avoir un bébé cette nuit “. il est 20h.

Pendant qu’il prend la valise et dépose les monstres chez les grands-parents, je gère tant bien que mal des contractions d’une intensité que je n’avais pas connue pour mes 2 précédents accouchements. pas d’arrêt, pas de répits. J’en bave. Je suis seule, dans la salle d’accouchement. Je n’attends que 2 choses : papa débordé à mes côtés et la péri.

On me fait une prise de sang, il faut les résultats avant de poser la peri.

Il est 21h20, papa débordé arrive enfin, je me balance les jambes écartées dans la salle d’accouchement . Soulagement et stress. ON VA AVOIR UN BEBE CETTE NUIT. émotion. Je sanglote . j’ai peur. J’ai hâte. J’ai mal. Je l’aime déja .

La prise de sang est bonne, l’anesthésiste va arriver. on m’ausculte, je suis à 6 cm, il est 21h45.  le travail se fait vite. On me prépare, me déshabille. Je dois faire le dos rond et ne pas bouger pendant les contractions.

Il est presque 22h, la peri est posée. la douleur disparait, je respire. On rit un peu, on l’imagine, on se souvient des accouchements de Monmonstre et Monstrinette. . Je me repose un peu .

A 22h30, je suis à 8cm . ça avance vite mais ptitedernière reste haute. On perce la poche, le liquide coule, Je la sens descendre presque instantanément . à 23h, le col est effacé, on est presque aux 10cm, je sens que ça pousse dans mon bassin. Je commence à sentir une pression de plus en plus intense. J’ai cette envie instinctive, animale , de pousser.

La sage femme m’ausculte, je suis à ( presque ) 10 cm . La pression est forte, intense, j’ai l’impression d’avoir un boulet de canon entre les jambes. Je pousse. Encore . Plus Fort . De toute mes forces. Je suis à bout de souffle mais la pression est là.

Je crie pour me donner du courage et de la force, je crie au plus profond de moi.  un cri de douleur et de joie à la fois. ptitedernière est presque  hors de moi, mais reste coincée à cause du cordon mal mis.

L’équipe s’inquiète, on me demande de pousser encore de toute mes forces. Je n’en peux plus, mais trouve le courage de pousser encore, je puise dans mes dernières ressources pendant que mon super gyné l’aide .

Elle est là.

Sur moi. Bleue et épuisée. Elle a du mal à (re)prendre son souffle. Les sages femmes et moi la frictionnons pour qu’elle émerge. Elle pousse son premier cri.Le plus merveilleux du monde.

Je suis comme ailleurs, je regarde papa débordé, je suis aussi émue que lui. Aucunes larmes ne coulent de nos yeux, mais aux sourires et aux sentiments d’éternité se mêle une émotion qui bouleverse notre coeur : elle est là. Notre bébé. Notre 3 eme enfant. Notre 3eme petit nous.

Je lui parle, je lui souhaite la bienvenue , je lui dit que je l’aime déja. Et je ne remarque même pas que pendant ce temps là l’équipe médicale et papa débordé s’inquiètent car je suis en train de perdre beaucoup plus de sang qu’il ne faut. Une hémorragie de la délivrance, qui s’arrêtera avant que l’on ait vraiment très peur .

Ce jour là, ce vendredi 29 mai, j’ai donné la vie une nouvelle fois. Ce jour là, mon coeur de maman s’est agrandit comme notre famille. Et depuis, on est en amour devant ce petit bout de bébé.

Ce jour là restera gravé dans notre mémoire à jamais comme le 3eme jour le plus beau de tout notre vie. à jamais.

 

 

Lucille

 

 

 

Le lendemain matin , Monmonstre et Monstrinette sont venus souhaiter la bienvenue à leur petite soeur tant attendue. Et depuis, eux aussi ne font que l’aimer .

 

 

 

 

 

 

Tatiana