Monmonstre aura 7 ans bientôt, dans 10 jours exactement .  Et de prime abord, Monmonstre est un ( plus si ) petit garçon  de 7 ans comme tous les autres. Il est rieur, joueur, aime faire des bétises et est passionné des constructions Légo et de vélo. Il n’aime pas trop les légumes mais les mange quand même la plupart du temps, il oublie toujours de se laver les mains avant de venir manger, essaye toujours de grappiller 15 minutes sur l’heure du coucher, préfère aller jouer dehors plutôt que faire ses devoirs, râle quand je lui demande de m’aider à mettre la table, se chamaille avec sa soeur pour des futilités, collectionne les autocollants de foot et rêve de devenir pompier. ou militaire. ou policier. ou trapéziste. ou les 4 en même temps. Bref, un petit garçon ordinaire.

7T5C0041

Mais en fait, pas tellement que ça .

Monmonstre, depuis tout petit, à toujours eu des difficultés à s’intégrer à un groupe, à comprendre comment fonctionne le monde qui l’entoure, les règles de sociabilisation. Il a toujours été un bébé très agité, qui dormait peu et pleurait beaucoup, mais  il était aussi très souriant et dynamique. Et surtout, c’était notre premier enfant.

Le point de départ des difficultés à été le moment ou il a été scolarisé. Par son rapport différent aux autres et au monde, il a été catalogué. Parce qu’il ne rentrait pas des les cases de l’apprentissage parfait, il a été mis de côté, écarté des groupes classes qu’il a fréquenté . Très avancé dans certains apprentissages comme les math et l’éveil, mais très en retard sur d’autres comme la lecture, il a eu rapidement besoin d’un enseignement différencié que plusieurs enseignantes ont refusées d’appliquer .

Nous nous sommes battu pour le comprendre et savoir ce qu’il avait de différent ce petit gars là, et pourquoi ça coinçait tant dans sa scolarité, à passer de spécialistes en spécialistes, de tests en évaluations en tout genre . Mais ce chemin est long.

Depuis qu’il a 4 ans,entre tous les spécialises et les tests, à l’école  mon fils été considéré comme différent des autres selon la norme, les cases et la société qui normalise à outrance. Ce petit gars aussi souriant, hypersensible, câlin , dynamique, enthousiaste et généreux que colérique, distrait, impatient, désorganisé, troublé a été pris en grippe par tout ce système scolaire.

Les devoirs étaient un moment infernal parce qu’il était persuadé de ne pas y arriver, il était fatigué, démotivé et malheureux. Les délais des spécialistes et des évaluations étaient long, trop long, et son cas s’empirait scolairement parlant, et à la maison aussi son comportement empirait tellement son mal-être était profond.Bien entendu, je sais mon fils n’est pas un ange, et je suis consciente qu’il est difficile parfois de faire façon de lui et de ses idées lorsqu’il est dans son monde et arce que oui, je n’ai jamais dit le contraire, mais je n’ai jamais compris que l’on puisse mettre de côté un enfant sous prétexte qu’il a des difficultés, qu’il soit stigmatisé et traîné comme un boulet trop lourd et encombrant.

Jusqu’au jour fatidique où il m’a dit qu’il voulait mourir pour ne plus aller à l’école tellement les autres enfants et l’institutrice ne le considérait pas et qu’il etait trop malheureux. Alors,  lasse de ces nombreuses  réunions, entrevues , discussions avec un corps professoral qui ” attendait des solutions ”  mais ne voulait pas faire l’effort de mettre aussi des choses en place pour aider monmonstre, mais aussi tristes et en colère, nous avons pris la décision radicale de le changer d’école .

Une école loin de chez nous et en ville, mais avec une équipe éducative au taquet , motivée et surtout dans l’acceptation des différences de chacun et constamment dans la recherche d’un apprentissage adapté pour que chaque enfant réussisse au mieux, selon son intelligence et ses difficultés . Depuis , Monmonstre évolue . à son rythme certes, mais il évolue enfin dans ses apprentissages .

Et puis un jour, après les tests, les visites, les salles d’attentes, les réunions, les résultats et les questions , un diagnostic à été posé : Monmonstre est TDAH, ou ” trouble de l’attention avec hyperactivité ” , surmonté d’une dysharmonie d’apprentissage .

Et après avoir bataillé pour trouver des spécialistes compétents ET disponibles rapidement, Monmonstre est enfin suivi par 1 logopède spécialisée en troubles attentionnel 2x après-midi par semaine qui lui apprend à ” driller son attention ” , ainsi qu’une psy 1x  pour l’aider à vivre avec ses émotions débordantes et les canaliser, mieux s’intégrer aux autres et faire de ses faiblesses des forces dans le futur.

Nous en sommes encore au début de la prise en charge mais enfin, notre fils est reconnu pour ce qu’il est, avec ses faiblesses certes, mais aussi avec ses capacités et la grande intelligence qu’il possède, qui est juste parasitée par ce trouble attentionnel contre lequel nous nous battons . Nous avons enfin mis des mots sur ce qu’il a .

Pour l’instant, nous refusons la médication,  et nous avons la chance d’avoir trouvé une neuropédiatre qui n’est pas adepte non plus des médicaments comme première réponse à ce soucis, cette maladie. Nous sommes ouvert sur le fait qu’il faudra peut être y passer si les méthodes de drill et de spy ne fonctionnent pas après plusieurs mois .

L’objectif actuel est donc de canaliser ce trouble , et de redonner confiance à ce petit garçon affaibli par ce parcours scolaire chaotique. L’année prochaine, il recommencera sa 1ere année ( Cp ) afin de lui donner toutes les chances et acquérir enfin de bonnes bases  sereinement et qu’il ne finisse pas noyé dans un niveau supérieur, et qu’il puisse calmement rattraper son retard accumulé pendant cette difficile année.

Le parcours devant nous est encore long, et l’implication en temps et en argent sont important, mais j’ai la sensation que le chemin devant nous est enfin clair , que nous savons maintenant contre quoi nous battre et surtout que nous avons de bonnes personnes qui entourent notre fils : la logopède , la psychologue et aussi l’équipe éducative, enfin impliquée et active .

Et notre plus belle lueur d’espoir est aujourd’hui de voir notre fils enfin heureux d’aller à l’école et commencer à lire avec joie .

 

( PS : désolée pour ce billet décousu et brouillon tellement il est pour moi encore difficile d’expliquer les mois chaotique que nous avons vécu avec notre fils )

 

 

Tatiana