Vous me suivez pour ainsi dire au quotidien, dans ma vie un peu bordélique et loufoque. Heureuse ou malheureuse, facile ou pas. Je vous partage depuis un certain temps ma vision de la vie, de la famille et de l’amour.

Certes,  je ne vous dit pas tout, il y a même une tonne de choses sur moi que vous ne savez pas. Les réseaux sociaux ont cette possibilité extraordinaire de partager ce que l’on veut et quand on le veut, si on utilise l’outil de façon correcte et intelligente.

Ces derniers mois, vous avez été incroyablement nombreuses à suivre avec intérêt ce que je partage avec vous de ma nouvelle vie. De femme séparée du père de ses enfants tout d’abord, mais aussi depuis peu de ma vie de famille recomposée. Je partage beaucoup et peu à la fois. Je vous livre de cette vie des morceaux, des instants, des moments. Souvent heureux, positifs et, je l’espère, inspirants.

Parce que je suis comme ça. je suis d’une nature optimiste et je prends toujours le meilleur de chaque situation. Et finalement le blog et surtout la page Facebook me permettent de mettre en exergue la beauté et le positif de chaque situation, peu importe la vie, les ennuis, les coups durs ou les défaites. Certains me trouvent insouciante, je pense plutôt que je suis une personne tellement angoissée qu’elle utilise le lâcher – prise total comme instinct de survie. je vis au jour le jour et je vois le bonheur dans chaque situation. Je suis comme ça et on ne me changera pas.

Mais on ne va pas se mentir .

La vie, même si je vous la montre avec un oeil toujours positif et parfois humoristique, n’est pas toute rose. Et une séparation n’a rien d’une sinécure .

Une séparation c’est surtout une décision difficile à prendre, des personnes à qui l’on fait du mal alors qu’on les aime incroyablement fort, un renoncement, un déchirement aussi.

C’est admettre la fin d’une relation, d’une famille, d’un idéal pour lequel nous avons cru, mis du temps, de l’énergie et de l’amour. c’est admettre que notre vie ne nous correspond plus, qu’elle nous tue à petit feu. C’est se demander si on a fait le bon choix, admettre que l’on s’est trompé, essayer de savoir où et quand ça a commencé à merder. C’est se demander ou se dire que l’on a tout tenté, et cela quitte à y laisser des plumes.

C’est  tout quitter ou presque, diviser des bouts de vie irremplaçables, des morceaux de soi que l’on aurait jamais voulu partager. C’est vivre un manque de nos enfants quand ils ne sont pas là mais chez l’autre parent.

C’est les galères. Le déménagement, les avocats, les conciliations, les disputes avec l’ex inévitable presque même si chacun tente vraiment de mettre de l’eau dans son vin, les désaccords, les coups de gueules, les gens qui parlent sans savoir, qui s’imaginent savoir mieux que toi parce qu’ils ont vécu cette situation alors que chaque cas est différent.c’est tout recommencer à zéro, ( se ) perdre et ( se ) reconstruire doucement, péniblement parfois. C’est faire le point sur une vie qui fut heureuse mais trop troublée pour perdurer.

Donc non, on ne va pas se mentir, j’ai beau vous montrer la vie avec le plus joli filtre, elle n’est pas toute rose et violette. Je suis certaine que vous le savez, mais je tenais à vous le dire juste là, maintenant. 

Par contre sachez une chose : quoi que l’on me dise, je n’arrêterai jamais de vous montrer la vie avec le plus de positivisme, de sourire et de petites paillettes. Parce que ça c’est vraiment moi . C’est dit.

 

Tatiana