Je m’embêtais un peu dans ma vie. Entre mes 3 enfants d’âges rapprochés, ma vie de couple en mode Dallas et mon job à 40 h et plus si affinités, mon blog qui a ce moment là naviguait pas mal, c’était trop calme à mon goût. Alors un jour je me suis réveillée en me disant : tiens, si je démissionnais de mon couple, histoire de mettre du piment dans ma life et me créer des ennuis. ça mettra de l’ambiance et puis ça me créera des sujets de rédaction.

De fait, j’ai pleins de trucs à dire sur le sujet maintenant. Mais à vrai dire , Il y a beaucoup de choses qui resteront sous silence. Et même si ces quelques lignes peuvent paraitre drôles ( enfin j’espère, c’est un peu le but ) les pourquoi et la décision furent un rien plus compliquées ( beaucoup plus en vrai ) , s’apparentant plus à un couple en fin de parcours qui s’est accroché qu’à la grosse boutade du dessus, en effet, depuis ma séparation, je ne m’embête plus un seul instant, les ennuis gratuits et les secrets en mode cluedo en bonus.

Bref, Entre les amis qui prennent partis sans le prendre mais qui le prennent quand même, les gens qui ne disent rien mais qui disent quand même, les discussions houleuses pour un bonnet oublié ou un t-shirt pas rendu, de fait ma vie à des allures de Sitcoms relous qui passent et repassent en boucle sur France 2. appelle-moi Sue-Hellen, le coude levé en moins.

Et puis il y a une nouveauté que j’ai pu tester ces derniers mois : la gestion de la garde-alternée.

Oui, ce truc dont personne ne rêve mais que t’es obligée de mettre en place parce qu’un jour tu as fait des enfants avec une personne que tu as incroyablement aimé mais qu’aujourd’hui tu n’aimes plus ( ou peut-être que si mais que c’est trop compliqué- bizarre- difficile- au choix ) et que vous ne vivez plus ensemble. le truc qui te fait rendre ta progéniture comme un colis Kiala chaque lundi ou vendredi de semaines impaires non pas parce que tu n’en veux plus non, mais parce que tu n’as pas le choix . Oui, celui-là.

La garde alternée est aujourd’hui mon quotidien. Ma life. Le truc qui régit mes jours et mes mois plus que mes hormones et qui m’oblige à avoir des discussions dont je suis la seule à comprendre le sens : ” oui on irait bien se faire une bouffe ! bonne idée ! mais attends, pas jours de semaines paires parce que j’ai mes enfants et que tu vois je ne peux pas les laisser quand je les ai, après je suis trop triste parce que je dois les rendre tu vois, mais par contre si on fait ça le vendredi après 15h pas de soucis ils sont chez leur père. à mais attends, ça dépend aussi si ce sont les vacances, parce que la c’est son jour de garde du 8 au 18, sauf si la lune est décroissante ”

Du coup, vous écrire un petit article décalée mais peut -être réaliste ( ou pas ) sur ce sujet me semblait intéressant . Parce qu’en parler c’est informer, non ? Du coup voici un petit rapport pratique et humoristique de mon expérience de la garde alternée avec des pour et des contres . ça ne va pas vous aider, je vous préviens d’avance. Mais peut-être que vous sourirez. ou pas.

La garde alternée, tu as le choix. ou pas

Déja soyons clair, personne ne se dit un matin : ” oh j’en ai marre de mes enfants, si je me séparais et que l’on faisait une garde alternée. Personne. ( enfin je crois ) . Mais quand le couple n’existe plus et que tu as eu des enfants, la question de la garde se pose. Aujourd’hui, la garde alternée est une solution qui est privilégiée par les juges et les parents, sauf si un des parents en profite pour se délester de sa progéniture. Mais ceci est un autre débat. Partons du principe que les 2 parents soient investit dans leur rôle.

Il y a plusieurs ” choix” de garde alternée, pas que le ” 1 semaine sur 2 “. On peut aussi faire du 10 jours- 5 jours, du 9 jours _ 6 jours. C’est une discussion à avoir entre le couple parental ( et leurs gentils avocats ? ) dans l’intérêt des enfants.

Déja, il est important de se dire que personne ne gagne, quel que soit le choix . Les 2 parents et les enfants seront d’office perdants. Parce que OUI, t’as grave mal au ventre de voir partir tes enfants plusieurs jours de façon récurrente, parce que OUI, les enfants voudraient voir leurs 2 parents tout le temps, et OUI, tu dois accepter le fait que quelque part, la vie à merder, mais que c’est comme ça.

Histoire de te mettre bien le bourdon, je vais donc te parler tout d’abord des inconvénients :

Tu partages tes enfants . c’est le pire des inconvénients; Parce que soyons clair, si j’avais pu, j’aurais aimé avoir mes enfants tout le temps. Mais ils ont un père qui les aime, et il a le droit de les avoir. et surtout, les enfants ont le droit de profiter d’autre parent aussi. Il faut donc mettre son égoïsme de côté.

Tu n’es pas toujours là quand tes enfants ont besoin de toi : Si ta fille veut sa maman mais que c’est la semaine du papa, ben c’est pas de bol pour elle. Au mieux elle pourra t’appeler ( et tu finiras en pleurs ) . ou alors peut-être que tu t’entends assez bien avec l’ex pour gérer et passer la voir si c’est important.

Tu dois programmer ta vie de parent : Dans ton coeur, t’es un parent tout le temps, mais dans les faits, tu l’es pendant tes jours de garde. Il faut donc organiser les repas de famille, les Noel selon les semaines où tu les as, et les anniversaires n’en parlont pas .

Tu passes ta vie à faire des allers-retour : entre le jour où tu vas les rechercher et les jours ou l’ex les récupére, ta vie ressemble à un planning de la SNCB

Ils te manquent grave : Le matin, le soir, après 1-2 ou 3 jours, ça commence à piquer. tu dois prendre ton mal en patience et franchement c’est pas simple .

Tu ne supportes pas les gosses quand tu n’as pas les tiens : C’est une question de rejet je crois. Comme tu douilles un peu de ne pas avoir les tiens, tu ne supportes pas la vue d’autres enfants . Ou justement parce que tu profites que ne pas avoir les tiens. C’est selon.

Tu te prends pour la poste : ne pas oublier le doudou, se rendre compte que la paire de basket est restée chez l’autre parent, transporter les effets personnels des enfants le jour du changement de garde. t’es un peu un livreur d’enfants avec effets personnels. chaleureux le truc.

T’as bien envie de te pendre ? Ne prépares pas ton noeud de corde trop vite, parce que, quand même, il y a des avantages à la garde alternée. oui, quelques uns.

Tu sens le bonheur de les retrouver : et c’est intense ! quelle joie de les revoir, de voir leurs sourires quand tu viens les chercher. Parce que oui, quand tu les as tout le temps c’est juste normal que tes enfants soient là . et relous parfois ( avoues ! ) ici pas de lassitude, que du bonheur. Tu profites 2x plus !

Tu as du temps : Beaucoup. plein.pour faire du sport, sortir, faire des grasses mat’, les virées shopping tranquillou, les sorties entres copines, les resto avec ton nouvel amoureux, aller chez le coiffeur, rencontrer des gens, faire des heures supplémentaires, des week-ends en mode love.Bref, Quand tu n’as pas tes enfants TOUT EST POSSIBLE !!!!! tu as du temps pour toi. une liberté oubliée qui peut bien compenser.

C’est BEAUCOUP moins le bordel chez toi : fini le désordre constant, les jouets qui trainent et les heures à ranger et lessiver. Quand tu n’as pas tes enfants, ta maison reste nickel !

Tu n’as plus de babysitter à payer : Parce que quand tu as ta progéniture, impossible pour toi de les laisser ( sauf cas exceptionnel ) tu veux profiter d’eux. tu organises des sorties AVEC EUX. et tu gardes les moments de sorties- fiesta et compagnies en mode childfree pour les jours où tu n’as pas tes enfants . inutile donc de les faire caser, la vie s’en est chargée pour toi !

Tu peux prendre un bain seule : ou aller aux toilettes sans entendre le constant ” mamannnnnnn ” . Pour certaines personnes, ça fait presque rêver . Tu peux lire un livre en entier aussi. et personne ne vole ta nourriture dans ton assiette.

Alors ZE question, c’est ” est-ce que les avantages compensent les insconvénients ? …..

Et en vérité, la réponse reste assez vague. oui, parfois. non, souvent. ça dépend des moments. ça dépend des jours, de ton humeur. Parfois en vrai ça fait du bien de donner la main et de souffler un peu pour profiter de soi, mais parfois ce manque est une brûlure qui lacère ton coeur de parent. Parfois c’est facile, parfois horriblement difficile.

Parfois on se sent plus libre, parfois emputée. Parfois on se sent un meilleur parent quitte à l’être moins, parfois on a l’impression de tout râter, Il y a de soirs ou le manque est trop fort pour que les larmes ne coulent pas, il y en a d’autres où il est doux de vivre un peu plus légèrerement et de n’avoir momentanément pas d’enfants sous son toit. mais souvent c’est un coeur qui manque d’oxygène. du temps impartit qui passe trop vite et notre tour qui se finit trop tôt.

Mais peut-être qu’on s’y fait un jour. Comme pour tout. J’espère.

Tatiana