Chaque année à la même période, un vent d’originalité me pousse à faire le bilan de mon année sur ce blog. Cette année, je ne sais par ou commencer. 2017 fut une année si particulière, si difficile parfois et en même temps elle m’a appris tellement. En 2017 j’ai grandit.

En 2017, j’ai appris que la vie peut basculer en quelques semaines, quelques jours, voir quelques minutes mais que ce bouleversement, si important soit-il, n’est souvent que le résultat de choix, de chemins pris et de la conséquence d’actes posés à un moment de notre vie ainsi que les êtres qui nous entourent, en bien ou en mal, ce n’est pas l’important.

Qu’il est des décisions tellement difficiles à prendre que l’on en a le souffle qui se coupe et les jambes qui nous lâchent rien qu’en y pensant, mais que souvent si ces décisions sont à prendre, c’est qu’en fait la vie est déjà en mouvement et que le changement est inévitable.

J’ai appris à ne compter que sur moi, à me faire confiance et à écouter mon coeur. J’ai appris aussi que lorsque des bouleversements surviennent, on ne garde que peu d’amis, mais que ce sont les meilleurs. J’ai appris aussi que ma famille, si petite soit-elle, est toujours là pour moi, forte quand je ne le suis pas, objective quand je perds la raison, me poussant vers le meilleur lorsque je baisse les bras ( merci maman, merci ma soeur et merci ma cousine )

J’ai compris que je voulais être aimée pour ce que je suis et pas par ce que l’on désirait que je sois où par ce que l’on désirait que je fasse.

Que la vie a des plans pour nous, qu’elle nous amène là où elle désirait que nous soyons, et que quelque soit la résistance que l’on fournit pour ne pas y arriver, la vie nous y amènera quand même tôt ou tard.

Que le lâcher-prise est plus qu’une technique de bobo adeptes au yoga mais une vraie technique qui te permettra te faire avancer dans la vie sans regarder derrière soi, sans avoir peur ni du passé ni du futur. que l’important est ici et maintenant et qu’il faut avancer pas à pas.

Que nos vieux démons peuvent ressurgir pour tenter de nous dissuader d’avancer voir de nous faire faire marche arrière et qu’il faut les regarder dans les yeux avec objectivité et clarté, les laisser nous traverser sans peur et partir comme ils sont venus.

J’ai connu la solitude de la femme, de la mère et de l’amie, je me suis sentie seule comme jamais.

En 2017, J’ai appris à pardonner à ceux qui jugent, qui critiquent, qui font ou m’ont fait du mal. J’ai pardonné mais je me suis éloignée pour me préserver.

J’ai vu la tristesse dans les yeux de mes enfants, la colère aussi, par ma décision. Je l’ai ai vu pleurer et être perdu pour petit à petit les voir de nouveau sourire et être heureux, s’épanouir et rire .Je leur ai donc donné encore plus de temps quand ils étaient auprès de moi, encore plus de ma personne, de mon attention et de ma patience. j’ai appris un peu plus de bienveillance envers eux, je les ai écouté des heures durant même quand ce qu’ils me disaient détruisait mon coeur de maman pour finalement entendre les quelques amis qui me restent me dire qu’ils n’ont jamais vu mes enfants aussi calmes et posés .

J’ai appris à prendre du plaisir dans les petites choses de la vie. une promenade, un temps de midi entre amies, une crêpe avec mes enfants, une ballade en forêt, le goût d’un thé ou d’une douceur sucrée. à profiter de CHAQUE instant de bonheur, petit ou grand et à fêter chaque victoire.

En 2017, J’ai déconstruit toute ma vie et j’ai fait en sorte de la recommencer, pas à zéro non, plutôt en acceptant qu’elle ne soit pas parfaite et ne le sera jamais, mais qu’il vaut mieux une vie heureuse à une vie parfaite aux yeux des autres.

J’ai découvert que la vie peut être belle et cruelle à la fois, et qu’elle ne peut se calculer en un total de victoires et d’échecs mais en expériences véçues qui nous font grandir et avancer .

En 2017, j’ai aussi appris à aimer presque comme si je n’avais jamais souffert, à faire confiance comme si je n’avais été trahie, à voir dans les yeux d’un nouvel homme de l’amour pour celle que je suis, et finalement laisser entrer dans ma vie et dans la leur un autre homme que le père de mes enfants.

En 2017, tout à tellement changé que je pourrai ne plus savoir comment je m’appelle, mais c’est pourtant grâce à 2017 que je sais aujourd’hui qui je suis.

Merci 2017 .

PS : 2018, inutile de faire pareil que ton prédécesseur, cette année on stabilise et on épanouit, ok ?

Tatiana