Chaque fin d’année, j’ai pour habitude de faire le point sur l’année écoulée sur ce blog, de faire une petite rétrospective de ce qui vous a plus, des moments importants de ma vie et de ce blog. Mais cette année, j’ai décidé de bouleverser un peu ce rendez-vous annuel pour lever mon verre aux femmes plurielles.

Cette année, je lève mon verre aux femmes plurielles

Je lève mon verre aux femmes-orchestres, qui vivent deux à trois vies en une seule journée, gérant d’une main de maître leur vie professionnelle, familiale et de femme jusqu’à l’épuisement, aux mères de famille nombreuse complètement débordées, à celles qui viennent d’accoucher de leur premier bébé et à celles qui ont appris il y a peu qu’elles attendaient un heureux événement.

Je lève mon verre à celles qui se battent pour devenir mères, et à celles qui ont choisi de ne jamais avoir d’enfants dans ce monde un peu trop fou. Je lève mon verre aux femmes au foyer, qui gèrent chaque aspect de la vie de leur famille sans aucune reconnaissance, mais aussi à celles qui alignent des heures de boulot passionnément et sans compter, ne voyant pas assez leur famille. Je lève mon verre à celles qui ont osé lancer leur entreprise, malgré l’avis de leur entourage, qui pensait qu’elles ne pourraient y arriver “parce qu’elles ont des enfants”, ou encore celles qui viennent de reprendre une activité professionnelle après un long moment de congé parental pour s’occuper de ses enfants, et qui se sentent complètement dépassées.

Je lève mon verre aux femmes qui viennent de demander le divorce, à celles qui doivent se battre pour garder leur famille à flot, ainsi qu’à celles qui ont appris qu’elles avaient été trompées. Je lève mon verre aux mamans solo, qui élèvent seules leurs enfants par choix ou par obligation. Aux femmes qui ont pris la décision de mettre fin à des années de désamour, à celles qui acceptent tout pour avoir une famille unie, parfois envers et contre tout.

Je lève aussi mon verre aux femmes libérées, à celles qui assument de ne pas être que des mamans, à celles qui vivent une maternité en garde alternée et qui en souffrent tellement, mais aussi à celles qui aiment cette vie plurielle de mère une semaine sur deux, et de femme assumée le reste du temps. Je lève mon verre aux femmes qui se battent pour la santé de leurs enfants, pour vivre décemment, qui alignent deux emplois pour subvenir aux besoins de leurs enfants.

Je lève mon verre à chaque femme, à chaque mère qui me lit, et qui se bat pour faire ressortir le bonheur dans sa vie, dans les bons comme dans les mauvais moments. Je vous lève mon verre à vous les femmes débordantes, qui ont décidé ou qui décideront cette année d’être maître de leur vie, et ce quelles que soient les épreuves. Vous êtes de belles personnes, et n’oubliez pas que vos enfants seront heureux si vous l’êtes, peu importe la réalité de la vie. Alors souriez et ayez la tête haute, ne serait-ce que pour monter l’exemple ( mais aussi parce que vous le méritez amplement.

Bonne année 2019 les femmes débordantes.

Tatiana