D’aussi loin que je me souvienne, Missmiddle a toujours été hypersensible. Elle vit ses émotions à fleur de peau depuis toujours, passant du rire aux pleurs en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Mais ces derniers temps, la vie avec elle est assez mouvementée. Ma fille éprouve énormément de difficultés à gérer ses émotions, n’arrive pas à les communiquer, les transmettant sous forme de crises. Un débordement émotionnel bien difficile à vivre au quotidien, pour elle et pour toute la famille. Pleurs, angoisses, stress, énervement… ces montagnes russes émotionnelles ont transformé ma si joyeuse fille en tornade de tristesse.

Bref, il fallait faire quelque chose pour elle. Pour l’apaiser et lui faire retrouver son si joli sourire. On peut le dire ouvertement, la séparation avec son papa a affaibli Missmiddle, déjà si sensible. Mais, alors que tout se passait relativement bien depuis quelques mois, tout s’est déséquilibré début décembre. Pourquoi donc, on ne le sait pas vraiment. Après les conseils de notre neuropédiatre, nous avons entrepris plusieurs démarches: de nouveaux tests attentionnels (qu’elle avait déjà passé il y a un an et demi, et qui révélait un TDAH tangible sans être excessif), un suivi par une psycho-éducatrice pour aider MissMiddle à apprendre à parler librement ses émotions, mais aussi à les canaliser en comprenant où, pourquoi et comment elles arrivent.

Mais ces démarches prennent du temps et je ne souhaitais pas laisser ma fille dans un tel méandre émotionnel. Après les conseils de certaines de mes lectrices sur la page, j’ai pris un rendez-vous chez une kinésiologue, pour désamorcer physiquement la tornade émotionnelle.

La kinésiologie, c’est quoi?

La kinésiologie est une méthode alternative qui a une approche émotionnelle du corps. En gros, la kinésiologie étudie le rapport entre les émotions et le corps, en décryptant les blocages comme la communication de nos émotions enfuient. La kinésiologie analyse donc les mouvements du corps et la sensibilité de la peau, des muscles et des réflexes. Bref, elle fait ressortir ce qui est enfui, pour “nettoyer” les énergies du corps.

Notre expérience de la kinésiologie

Après recherche d’un kinésiologue dans ma région, j’ai trouvé une personne de confiance. Nous y sommes allées entre filles. La kinésiologue m’a demandé d’expliquer en quelques mots la situation. Ensuite, j’ai laissé Missmiddle et la kinésiologue seules, comme me l’avait demandé ma fille. La séance a duré environ 40 minutes. J’attendais à côté de la porte. Après 15 minutes de séance, je ressentais l’incroyable envie de bailler, de me poser. Si j’ai trouvé ça anodin au début, la relaxation intense que je ressentais m’a semblé étrange, vu que je n’étais pas le sujet de la séance.

Lorsque la séance s’est terminée, la kinésiologue m’a accueillie et m’a dit que ma fille était très réceptive et que beaucoup de choses étaient sortie, mais que cela sortirait encore les prochaines heures. Elle m’a expliqué que l’énergie circulait beaucoup et rayonnait autour de ma fille (du coup, j’ai compris pourquoi je baillais tant de l’autre côté de la porte). Elle m’a dit qu’une chose importante était sortie, ma que Mismiddle ne voulait pas m’en parler. Elle m’a expliqué que cela la pesait, et que c’était difficile émotionnellement pour elle. Mais Missmiddle était catégorique, elle ne voulait pas m’en parler. La kinésiologue lui a donc conseillé de l’écrire ou de le dessiner, pour se libérer. Je n’ai pas insisté, j’ai juste dit à ma fille que j’étais là, si et quand elle le souhaitait, pour accueillir ses sentiments. Je connais ma fille et je sais combien elle peut être un roc, tout garder pour elle.

Je ne lui ai donc rien imposé, la kinésiologue non plus. Nous sommes reparties vers la voiture. Une fois installée et alors que j’étais prête à démarrer, Missmiddle s’est mise à pleurer. Elle m’a expliqué ce qui lui pesait, sa peur, ses angoisses. Une chose bien différence de ce à quoi je m’attendais, n’ayant rien avoir avec la séparation (même si la séparation est un point sensible pour ma fille), qui lui pèse tant. Elle a pleuré pendant 30 minutes environ. Elle a fait sortir ses émotions. Je donc l’ai consolé, comme peut le faire une maman, un peu perdue par cette vague, mais présente pour accueillir ses sentiments (et je crois que c’est le plus important)

Je ne vous en dirai pas plus, car c’est son histoire et je la respecte trop pour en parler sur Internet. Mais je suis restée scotchée devant ce dénouement, et par cette sortie d’émotions presque instantanée, que je mets directement sur le coup de la séance de kinésiologie. Cela m’a permis de rassurer (comme je pouvais) ma fille, et surtout d’accueillir ses sentiments. J’en sait un peu plus sur ses maux d’enfants. Les 48 heures qui ont suivi, ma fille m’a semblé plus apaisée, plus rayonnante. Elle a souri, a ri de nouveau même. Je l’ai sentie plus légère. Bien entendu, cela est à prendre avec des pincettes, et surtout cela devra être confirmé dans le temps, mais nous avons vu directement le changement, la libération.

Faut-il faire plusieurs séances?

J’ai posé la question à ma kinésiologue, et elle m’a répondu que rien n’était imposé. Que cela dépendait des effets directs, et surtout de la suite, du ressenti émotionnel et de la manière de les gérer. Donc en gros, cela dépend de chaque personne, de chaque enfant. L’intensité de la séance et des résultats dépend également de la personne, de la manière dont les émotions sont vécues. MissMiddle étant une hypersensible, les résultats ont été immédiat. Pour la suite, il faudra attendre plusieurs semaines pour voir les effets à plus long terme. J’ai lu que certains vont chez leur kinésiologue tous les trois ou six mois, selon leurs besoins.

Je peux dire que pour une première fois, notre expérience est plutôt “positive”, ou en tout nous avons pu palper les effets directs. Je ne peux donc que le conseiller aux parents d’enfants, qu’ils soient hypersensibles ou pas.

Tatiana