Oui je sais, le titre est accrocheur et avec ma nouvelle vie de famille recomposée, tu te dis certainement “sérieusement, à peine mariés qu’ils vont nous faire un petit ces deux-là“. Ben non. Ce n’est VRAIMENT pas à l’ordre du jour (ceci dit, on fait bien ce que l’on veut mais bon). Par contre, cela fait un long moment que j’ai arrêté de prendre la pilule. Pour des raisons bien personnelles et émotionnelles surtout. Un peu moins de deux ans. Aujourd’hui, il est temps que je t’en parle.

Pourquoi j’ai arrêté la pilule

Déja, il est important que je t’explique pourquoi j’ai re-essayé de la prendre un jour. Après la naissance de ma dernière (il y a presque 4 ans et demi aujourd’hui), je n’avais pas vraiment de contraception. Trois enfants, cela faisait bien l’affaire (OK je déconne). En vrai, après avoir pris la pilule et n’étant pas particulièrement ravie des effets secondes, mon ex et moi faisions à l’instinct. Un peu pourri comme situation, surtout vu le couple plus que bancal, et un max de risques de me retrouver enceinte de nouveau. Bref, niveau intelligence, on repassera. Mais, merci mon Dieu, on ne s’est plus reproduit!

Mais ensuite, après donc un vide contraceptif, et lors de la rencontre avec Mister J, je me suis clairement dit que tomber enceinte par laxisme, après trois enfants, un divorce et un autre homme nouvellement dans ma vie… C’était pas trop le style de vie que je souhaitais mener.

J’ai donc repris la pilule

Maïs c’était moyennement une bonne idée. Parce qu’en plus de gérer une nouvelle vie, des enfants en mode “je n’ai plus de repères” et le bordel en chaîne de mon quotidien à la “Amour, gloire et beauté”, les fausses hormones foutaient clairement le bordel dans mon corps… Et dans ma tête. Saignements à répétition (hors règles évidemment, on a vu mieux pour se refaire une vie sexuelle), maux de ventre, sautes d’humeur de ouf, et une envie réelle de pleurer, puis de rire, puis de me jeter d’un pont, puis tout ça à la fois.

On a d’abord mis ça sur mon hypersensibilité décuplée à cause de la garde alternée, de la difficulté de “vivre” dans cette nouvelle vie… Puis un jour, je me suis dit que non, c’était (aussi) autre chose. J’ai donc, à la fin de la plaquette, arrêté ma pilule. Je me suis fait mettre un stérilet au cuivre, qui de base m’était déconseillé pour cause de règles abondantes.

Et ça a été comme une renaissance. Plus de saignements, d’humeur de chien, d’envie de me pendre. Une sensibilité toujours très forte, mais aux vagues plus gerables et surtout moins impressionnantes. Après un cycle complet, un retour au “calme”.

Coïncidence ? Je ne crois pas non. Vraiment pas.

Deux ans plus tard, je vis au rythme de mon cycle, et tu sais quoi… je revis. Ou presque. 21 ou 22 jours par mois, je suis moi. Une femme normale, qui ne saigne pas tous les trois jours, qui n’a plus mal au ventre. Et mes sautes d’humeur vont presque mieux. En tout cas, je n’ai plus l’excuse des hormones. (Aujourd’hui, j’ai choisi de rénover toute une maison et me marier dans la foulée pour pleurer de stress et de deadline impossible à tenir, mais ça c’est un autre problème 😅)

Plus sérieusement, ma vie à littéralement changée depuis que j’ai arrêté la pilule, et je sais que je ne reviendrais pas en arrière!

Tatiana